COSMOS

Dans une interview télévisée d’Alan Duke, où celui-ci présentait son livre « Projet V.E.N.U.S. », il disait que le mot COSMOS vient du grec KOSMOS signifiant ORDRE.

Curieux, j’ai voulu vérifier la signification cachée de ce mot.

Voici donc des décompositions phonétiques du mot COSMOS à l’aide du syllabaire sumérien, sachant que la lettre O n’y existe pas et correspond au U :

kuš, kus: peau
muš: serpent, reptile
muš5: amer
muš (2,3) : visage, apparence, aspect, diadème, surface, luire, scintiller, briller

kus – muš : « la peau de serpent »
kus – muš (5) : « la peau amère »
kus – muš (2,3) : « la peau qui scintille »

Cela renvoie par association d’idées à un symbole très ancien : le serpent qui se mord la queue, appelé aussi ouroboros (« l’anneau de la borée primordiale ». Cf http://racines.traditions.free.fr/uroboros/).

Ouroboros et Cosmos sont synonymes. Ils représentent les cycles du temps de la nature, l’espace-temps : le temps est une relativité mondaine, une illusion par rapport à la réalité de l’éternité. A l’instar de Cronos qui mange ses enfants, le Serpent se mange lui-même : le futur s’assimile au passé. Seul le héros, resté dans l’espace de l’instant présent, hors d’atteinte du cercle vicieux des passions animales du mental-égo, sort indemne de la gloutonnerie du temps.

330px-Ouroboros

« Il semblerait qu’à l’origine on ait considéré l’ouroboros comme marquant la limite entre le Noun et le monde ordonné ; entourant la totalité du monde existant, il en vient tout naturellement à symboliser le cycle du temps et de l’éternité3,4. En outre, l’ouroboros fut parfois représenté encerclant le soleil naissant à l’horizon du ciel, pour figurer la renaissance de l’astre du jour, chaque matin, au sortir du Noun. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouroboros

 Dans la mythologie nordique, le serpent Jörmungand, l’un des trois enfants de Loki, a grandi à un point tel qu’il encercle le monde et peut saisir sa queue dans sa bouche, maintenant ainsi les océans en place.

« Une tradition de l’Océan indien, d’inspiration védique et européenne, décrit le père du dieu Kérdik comme un dieu-serpent nommé Paradis, et entourant le jardin des dieux pour le protéger des créatures indignes. Le mot Paradis vient du persan pairi daēza, qui signifie « enceinte royale ». Cette étymologie donnerait une explication au nom du père du dieu. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouroboros

Il est intéressant de savoir que le mot KOSMOS signifie, en grec,  ORDRE, mais aussi PARURE, ORNEMENT (d’où le mot cosmétique). Ceci rejoint tout à fait la définition sumérienne (« la peau de serpent »). La peau est une parure et donc une illusion qui cache l’authentique vérité intérieure. En anglais le mot « peau » est traduit par « hide », qui signifie aussi « caché », « dissimulé ». Aussi elle mue périodiquement lorsqu’il s’agit de celle d’un « serpent »…. Aujourd’hui le cosmos est en pleine mue : c’est le temps des révélations.

 » Lorsqu’on veut représenter l’univers, on trace un serpent qui se dévore la queue, et dont le corps est parsemé d’écailles. Les écailles représentent les étoiles dans l’univers. L’animal est extrêmement pesant comme la terre, et extrêmement glissant comme l’eau ; ensuite, chaque année, il se dépouille de son âge avec sa peau, comme dans l’univers, l’année produit changement et renaît. Et l’usage de son propre corps comme nourriture signifie que toutes choses qui sont engendrées dans l’univers par la providence divine doivent de nouveau se résoudre en lui-même. » 

Harapollon (prêtre égyptien du 1er siècle av. J.-C.)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s